Vous avez l'œil rivé sur votre dernière newsletter. Voilà 1 heure qu’elle est partie, et votre taux d’ouverture n’est pas fameux. Une fois de plus. 

Pourtant, vous vous tuez à la tâche. Vous vous efforcez de créer du contenu de qualité. Mais on ne vous rend pas la monnaie de votre pièce. 

Et c’est décourageant. 

Je pourrais vous dire que moi aussi, je suis passé par là. Que j’ai eu du mal, et que maintenant j’ai réglé ce souci. Comme dans une introduction classique. 

Sauf que ce n’est pas vrai. 

Dès mon premier blog, mes taux d’ouverture ont été bien au-dessus de la moyenne. J’ai toujours eu cette chance d’avoir une communauté assez engagée. 

Même lorsque j’ai demandé les premiers avis. Fais mes premiers sondages. Les retours étaient toujours au rendez-vous. 

Peut-être que vous percevez ces paroles comme prétentieuses. Mais elles ne le sont pas. Je vous dis simplement la vérité. 

Peut-être auriez-vous préféré une introduction insipide ? J’espère que non. 

Voici une promesse que je vous fais : à la fin de cet article, vous aurez votre plan d’action pour booster vos taux d’ouverture. Si vous l’appliquez, je vous garantis que votre prochaine newsletter vous réservera une bonne surprise. 

Aller, c’est parti. 

Mes taux d’ouverture en email marketing 

Voici mes taux d’ouverture sur mes séquences d’auto répondeur : 

marketing par email
email marketing

On est bien au dessus de la moyenne, qui tourne autour de 20 %. 

Maintenant que vous voyez que je ne me fiche pas de vous, place au concret. 

1- Soignez votre nom d’expéditeur 

Lorsqu’on parle de taux d’ouverture, 99 % des articles sur le net nous parlent des objets d’email. Qu’il serait le facteur le plus important pour que vos mails soient lus. 

Pourtant, ce n’est pas le cas. 

Le nom d’expéditeur est la première chose que vos destinataires vont regarder. La première. Négligez-le, et vos fabuleux objets d’email ne seront même pas survolés du regard. 

Votre nom d’expéditeur est décisif pour vos taux d’ouverture 

Il constitue le fondement de la relation avec votre audience, en instaurant une certaine habitude. Si vous envoyez des mails régulièrement, votre nom d’expéditeur paraîtra de plus en plus familier. Et instaura la confiance avec vos destinataires. 

Grâce à lui, les personnes abonnées à votre mailing list détermineront très vite si votre mail doit être ignoré, supprimé, ou ouvert. 

En un seul coup d'œil, ils verront si ce mail reçu tôt ce matin est personnel, ou si c’est un énième mail commercial. 

Vous aurez beau avoir un objet attirant la curiosité, si votre nom d’expéditeur est peu représentatif, voir douteux, votre objet d’email tant efficace n’aura absolument aucun impact. 

Pourquoi le « De » est devenu de plus en plus important

Aujourd’hui, les boîtes mail de vos prospects sont inondées de messages commerciaux. De notifications des réseaux sociaux. Et j’en passe. 

Fatalement, la capacité d’attention portée sur nos boîtes mail diminue. Non pas par ce que l’intérêt pour nos mails diminue. Mais par ce que nous ne voulons pas passer trop de temps sur des mails sans importance. 

Et les smartphones jouent un rôle important. L’objet est limité entre 10 à 20 caractères, ce qui fait qu’il est la plupart du temps coupé lorsque les mails sont consultés sur mobile. De ce fait, les destinataires focalisent leur attention sur le nom d’expéditeur. 

taux d'ouverture emailing

Exemple d'objet d'email coupé. Ici, une simple notification de YouTube. Mais imaginez un de vos mails avec l'objet coupé... tout de suite moins percutant, non ?

Voilà pourquoi vous devez soigner votre nom d’expéditeur à tout prix. 

Mais attention. 

N’utilisez pas une adresse mail. Elle est plus difficile à lire, et donc, à identifier. Et en plus, c’est une des signatures des spammeurs. 

N’utilisez pas non plus noreply@domaine.fr comme nom d’expéditeur. Les consommateurs détestent sentir le côté automatisé. Notre but, en tant que blogueur, est de rendre nos mails le plus personnalisés possible. 

Mais alors, que mettre pour inspirer confiance à vos inscrits ?

Ce que je mets en nom d’expéditeur sur l’ensemble de mes blogs

En tant que blogueur, nos mails se doivent de respecter deux choses : refléter la thématique de notre blog, et montrer que c’est nous même, auteur du blog, qui écrivons. 

Ce qui nous amène à une structure de nom d’expéditeur en deux parties : votre prénom, et le nom de votre blog. 

Par exemple, lorsque vous recevez un mail de ma part, le nom d’expéditeur est toujours Quentin - Blog Autonome. Toujours. 

C’est une des structures les plus pertinentes dans le blogging. 

Vos inscrits, en une fraction de seconde, comprennent directement à qui ils ont à faire. 

2- Votre adresse mail, deuxième facteur pour stimuler vos taux d’ouverture

En plus de votre nom d’expéditeur, votre adresse mail expéditrice joue un grand rôle dans l’instauration du lien de confiance. 

Déjà, utilisez une adresse mail qui existe vraiment. 

Hein ? Quoi ? 

Eh oui. Dans votre auto répondeur, l’adresse mail que vous spécifiez n’est pas obligatoirement valide. Puisque ce n’est pas elle qui se charge de l’envoi, mais votre logiciel d’email marketing. 

Cependant, je vous recommande vivement d’utiliser une adresse mail réelle. Car les tests anti spams vérifient la plupart du temps si cette adresse mail existe. 

Simplement, utilisez une adresse mail comportant votre nom de domaine. En prenant un domaine et un hébergement pour votre blog, vous avez le droit à une dizaine (jusqu'à plusieurs dizaines) d’adresses mails selon votre hébergeur. 

Que mettre devant le @ ? 

Un grand nombre de blogueurs utilisent "contact@nomdedomaine.fr". Je trouve que c’est une erreur. 

Encore une fois, j’essaie de personnaliser au maximum les échanges avec mes visiteurs. Le but étant d’instaurer un lien de confiance le plus rapidement possible. Et ce, dès l’arrivée sur mon blog. 

J’y mets mon nom de famille, une photo de moi, je raconte mon histoire… 

Alors pourquoi, lorsque j’envoie des mails, cette proximité disparaîtrait ? Non. Ce n’est pas logique. 

Voilà pourquoi mes mails comportent toujours mon nom et mon prénom, de la sorte "quentinhaguet@blogautonome.fr". 

3- L’objet, déclencheur de lecture

En bon email marketeur qui se respecte, vous êtes sûrement curieux de savoir ce qui se passe après l’envoi de votre campagne d’emailing. Et ce que votre audience a ouvert votre mail ? Combien de personnes ont cliqué sur le lien ? 

Ces statistiques sont primordiales sur le long terme. Elles vous permettent d’affiner les centres d’intérêt de votre audience, et de faire des tests afin d’améliorer constamment vos mails. 

Vous êtes sans doute au courant : un des facteurs principaux qui font que votre mail sera ouvert, c’est l’objet. 

Et c’est à ce moment précis que je vous mets en garde. 

Bien que vous lisiez le contraire sur internet, il n’y a pas d’objet magique ! Un objet peut fonctionner à merveille pour une thématique, et présenter des résultats catastrophiques dans une autre. 

Cependant, il est vrai que quelques astuces psychologiques fonctionnent afin de rendre vos objets plus attrayants. En voici 9, d’après Guillaume Fleureau, spécialiste de l’email marketing et PDG de Sarbacane, une solution d’auto répondeur. 

Faites court

Plusieurs études ont démontré que plus l’objet est court, plus le taux d’ouverture augmente. 

Pourquoi ? 

Déjà, car un objet long est tronqué sur mobile. Mais aussi parce qu’il facilite la compréhension, et attire davantage la curiosité. 

Il y a quelque temps, j'ai envoyé une newsletter sur des techniques de mémorisation, en testant deux objets d'email. L'un était court : "Du mal à réviser tes cours ?". L'autre était plus long : "Nouveau : comment booster ta mémoire en 7 jours top chrono !". 

Le résultat a été sans appel : 

taux d'ouverture emailing

La newsletter avec l'objet court a un taux d'ouverture de 41 %, soit 4 fois plus que son acolyte ! 

Personnalisez

Je vous le répète encore une fois tellement c’est important. La personnalisation de votre blog et de vos mails est la clé de votre réussite. 

Plus votre objet sera adapté à votre audience, plus vous aurez de chance d’augmenter votre taux d’ouverture. 

Par exemple, si vous demandez le prénom sur vos pages de capture, réutilisez-le dans l’objet de vos mails. Cela doublera l’impact aux yeux du destinataire. 

Soyez honnête

Rien de plus agaçant que de recevoir un mail dont l’objet n’a aucun rapport avec le contenu, ou alors est largement exagéré. 

Si si, nous l’avons déjà tous reçu. Ce mail "Nouveau : l’étrange découverte qui m’a permis de gagner 1200 € en 24 heures". Étrange découverte ? Ah, investir en bourse. D’accord. 

Peut-être que votre taux d’ouverture s’améliorera avec ce type d’objet. 

Mais ne prenez pas les gens pour des cons. Ils se feront avoir une fois. Peut-être même deux. Mais au bout de la troisième, plus personne ne prendra la peine d’ouvrir vos mails. 

Ajoutez de l'urgence

Les gens n’aiment pas avoir le sentiment de manquer une occasion. Ça les frustre. Ajouter une touche d’urgence de temps en temps est un excellent moyen de booster vos taux d’ouverture. 

Vous pouvez utiliser des termes comme "dernière chance", "dernier jour", "il reste 24 heures", etc.

Attention. Cette astuce est à utiliser avec parcimonie. Utilisée trop régulièrement, votre audience se lassera. 

Voici mes résultats sur une newsletter avec l'expression d'urgence "dernier rappel" : 

envoi newsletter

Soyez créatif

C’est un jeu auquel j’aime m’y prendre. Trouver des façons innovantes et originales de se démarquer. 

Face à une concurrence toujours plus rude, la créativité est un atout indéniable pour se différencier. 

Mon astuce perso : 📥 la boîte à idées  📥

Ouvrez une adresse mail spécifique, et abonnez-vous à un maximum de newsletter dans votre thématique. Sur votre marché, mais aussi sur le marché américain. Tous les jours, vous recevrez des mails avec des objets différents. De quoi vous donner des tonnes d’idées pour vos séquences d’email marketing. 

Evitez le mot "gratuit"

Les filtres antispam ne vous le pardonneront pas. Plus le temps passe, et plus ils deviennent sévères vis-à-vis de l’email marketing. 

Pourtant, le mot gratuit est efficace. Mais s’il tombe dans les spams, il ne sera plus d’aucune utilité. 

Vous pouvez cependant l’employer à l’intérieur de votre mail.

Limitez les signes de ponctuation...

Oui, ça aussi, ça fait rechigner les filtres antispam. Par exemple, mettre un "!" après le mot gratuit n’est pas recommandé. 

De manière générale, évitez de mettre des signes de ponctuation dans l’objet de vos mails. Au moins, vous ne prendrez aucun risque. 

Mais préférez les caractères spéciaux

Cette technique est de plus en plus répandue. Et pour cause. C’est un bon moyen d’attirer l'œil : 

Voyez. Ces emoticons permettent d’avoir une meilleure visibilité dans la boîte mail de votre destinataire. 

Encore une fois, soyez intelligent. Ne surchargez pas vos objets avec ces caractères. Utilisez à bon escient, et en fonction de votre niche de blog. 

Testez, encore et toujours

Pour un même mail, vous pouvez avoir plusieurs idées d’objet. 

Et c’est là où ça commence à être amusant. 

Grâce à votre auto répondeur, vous avez la possibilité de faire du A/B testing. C’est-à-dire, de tester quel objet d’email amène le meilleur taux d’ouverture. 

C'est le meilleur moyen pour améliorer vos objets au fil du temps. 

Comment ça marche ? 

Vous allez envoyer votre mail avec l'objet 1 à 25 % de votre liste, ainsi qu'un mail avec l'objet 2 à un autre quart de cette même liste (soit 25 %). 

Après une heure, votre auto répondeur analyse quel email à le plus grand taux d'ouverture. Si c'est le mail avec l'objet 1, alors il l'envoie automatiquement aux 50 % restant de votre liste. 

Génial non ? 

Voici un exemple d'A/B testing sur une de mes newsletter : 

A/B testing

4- Soignez votre preheader

Le preheader est la partie textuelle de votre mail qui se trouve tout en haut. Très souvent, il est composé de la phrase "si vous ne visualisez pas ce message, cliquez ici". 

Et c’est bien dommage. 

Car dans Gmail ou sur l’application mail iPhone, le preheader s’affiche, juste après l’objet. 

Vous voyez ou je veux en venir ? 

C’est l’endroit parfait pour y placer une phrase percutante, et augmenter encore vos taux d’ouverture. 

Nous avons vu que l’objet devait être relativement court. Le preheader est l’endroit parfait pour en dire un peu plus. 

Nous avons aussi vu qu’employer des mots comme gratuits dans l’objet est le meilleur moyen de s’offrir un vol direct vers les spams. Mais que les filtres sont moins restrictifs avec le contenu du mail… et donc du preheader. 

Alors n’hésitez plus : transformez votre preheader en une phrase percutante qui donnera envie à votre audience d’en lire plus. 

preheader

Ici un mail de la marque Giuseppe Zanotti. En plus d'un nom d'expéditeur efficace, l'objet de l'email est assez intriguant pour donner envie d'être ouvert. Mais surtout, le preheader joue un rôle important. On voit directement qu'une réduction de 30 % est proposée. C'est une phrase d'accroche parfaite pour donner encore plus envie d'ouvrir cette newsletter.

5- Envoyez vos mails aux meilleures heures de la journée 

Votre campagne d’emailing est prête. Il ne vous reste qu’à choisir à quelle heure envoyer vos mails. 

Vous avez cherché sur internet. Parcouru plusieurs articles. Pris connaissance de quelques études sur le sujet. 

Et vous avez sans doute remarqué la même chose que moi : elles se contredisent toutes. Certaines préconisent d’envoyer nos mails de bon matin, sous prétexte que les destinataires auront le réflexe de consulter leur boîte mail avant de démarrer le boulot. 

D’autres recommandent le soir, en affirmant que les gens sont plus détendus et disponible après une journée de travail. 

Bref, vous ne savez pas quoi faire. 

La vérité, c’est qu’il n’y a pas d’horaires magiques. 

Cela va dépendre principalement de votre niche. Je n’envoie pas mes mails à la même heure sur mes blogs pour étudiants que sur Blog Autonome. 

Tout simplement par ce que j’ai remarqué que ces deux catégories de personnes consultent leurs boîtes mail à des heures différentes. 

Et pour le savoir, j’ai fait des tests. J’ai d’abord envoyé le matin. Puis le midi. Puis en fin de journée. Puis en soirée. 

Petit à petit, j’ai cerné les comportements de mes audiences. Jusqu’à en déduire la meilleure heure pour envoyer mes campagnes d’email. 

Une autre astuce est de vous rendre sur Google Analytics. Rendez-vous dans comportement, puis sessions (par heure de la journée). 

S’affiche alors un tableau vous indiquant les jours et les heures ou votre blog reçois le plus de visite. 

heure envoi email

À partir de ça, vous pourrez déjà en déduire les moments où votre audience est la plus intéressée par votre blog… et donc pour revoir vos emails. 

6- Faites du ménage dans vos listes

J’ai fait pour la première fois le tri dans mes listes lorsque j’ai observé des prélèvements de mon auto répondeurs imprévus. 

Pourquoi ? 

Car j’avais dépassé le nombre d’adresses mail possibles avec mon forfait. Je payais donc un supplément (qui n’était pas donné). 

C’est ce jour-là que je me suis dit qu’il était impératif de faire le tri. Dans toutes listes, un certain pourcentage de mail est appelé "mails inactifs". C’est-à-dire des personnes qui s’inscrivent, mais n’ouvrent jamais vos mails. 

Et en plus de vous coûter de l’argent, elles font baisser vos taux d’ouverture. Plus le temps passe, plus vous engrangez des mails inactifs. Et fatalement, lorsque votre taux d’email inactif augmente, vos taux d’ouverture baissent. 

Alors, j’ai entrepris de trier mes listes. En allant sur chacune d’entre elles, j’ai sélectionné toutes les adresses mail qui n’avaient pas ouvert un de mes mails depuis plus de 3 mois. 

Puis, je les ai supprimés. 

Oui, ça peut faire peur. Nous qui mettons tant d’effort à capturer des adresses mail, devoir les supprimer au final.

Mais dites-vous bien une chose. Les personnes qui n’ouvrent jamais vos mails n’achèteront jamais vos produits. 

Alors, rien ne sert de les garder. Elles prennent de la place, et vous coûtent de l’argent. 

Grâce à ce premier tri, j’ai supprimé plus de 1700 adresses mail. 

Et vous savez quoi ? Le lendemain, j’ai vu mes taux d’ouverture augmenter. 

Ce que vous devez retenir ? N’ayez pas peur de supprimer des adresses mail de votre auto répondeur. C’est comme commencer un nouveau sport. La première fois est la plus difficile. Mais vous serez gagnant sur toute la ligne. 

7- La véritable clé pour booster vos taux d’ouverture 

Je vous demande d’être très attentif. 

C’est sans aucun doute le conseil le plus important de cet article. 

En effet, vous aurez beau mettre une bonne adresse d’envoi. Optimiser votre nom d’expéditeur. Trouver des objets d’emails exceptionnels. Envoyez vos campagnes à des heures bien définies. 

Si vous ne prenez pas en compte ce dernier conseil, alors tout ça ne servira à rien. 

Tout part de vos formulaires de capture d’email. 

Voyez ça comme un entonnoir. Plus celui-ci est large, plus vous capturerez d’adresses email. 

Imaginons que vous ayez un blog sur la musculation. 

Un entonnoir large correspondrait à une page de capture ou vous proposerez "5 vidéos offertes pour muscler vos pectoraux". 

Avec ce type d’offre, vous capturerez un grand nombre d’adresses mail. 

Mais c’est justement là l’erreur. 

Sur tous ces mails, combien se diront "tiens, ce blog est fait pour moi". Pas grand monde. Car en parlant à tout le monde, on ne parle à personne. 

Vous allez donc vous retrouver avec de grandes quantités d’adresses mail, mais avec des taux d’ouverture médiocre. 

Prenons l’inverse. Vous créez un blog sur la musculation dédié aux hommes de plus de 40 ans. Sur votre page de capture, une formation offerte pour se remettre en forme lorsqu’on a dépassé la quarantaine. 

Oui, vous capturerez 3 fois moins d’adresses mail. Mais ce seront des leads de haute qualité. Chaque mail, c’est un homme de plus de quarante ans désirant se remettre en forme. 

À partir de là, si vos contenus sont bons, vous pouvez être certains que vos taux d’ouverture vont exploser. 

La seule chose à retenir de cet article 

Voilà la seule chose à retenir de cet article. Préférez la spécialisation à la normalisation. Si vous trouvez une niche de blog rentable, ce n’est pas suffisant. Insérez-vous dans une sous niche. Et là, ça devient intéressant. 

Sans cette étape préalable, ce que je vous ai présenté aujourd’hui n’aura aucun impact. 

Alors, faites les choses dans l’ordre. 

Recois gratuitement : 

50 idées de niche de blog à louer

50 idées de niche de blog rentable pour trouver ton idée de premier blog

se faire des sous etudiant

5 vidéos de formation offerte pour apprendre es bases du blogging